KINSHASA, AV LUKUSA 55, RDCONGO
+243811982266
contact@sofepadirdc.org

Des prestataires de soins formés sur la prévention et contrôle des infections en milieu obstétrical et néonatal.

Dans le cadre du projet Cerf Ebola, exécuté par la Sofepadi sous l’appui financier de UNFPA, un atelier de formation sur la prévention et contrôle des infections en milieu obstétrical et néonatal dans la province du nord Kivu a eu lieu à Butembo du 14 au 16 Septembre 2021.

Ce dernier a réuni 24 prestataires en raison de 3 prestataires par aire de santé venus de 8 aires de santé de 4 Zones de Santé ciblées à savoir Biena, Butembo, Katwa et Musienene.

Les prestataires sont les sages-femmes, infirmiers, médecins prestant dans les maternités des formations sanitaires ciblées.

Contribuer à la protection contre l’infection nosocomiale de la Maladie à Virus Ebola des personnels soignants, des sages-femmes, des femmes enceintes et de leurs nouveau-nés dans les services de maternités, fut l’objectif de cet atelier qui a duré trois jours.

Au premier jour, trois points ont été abordés. Il s’agit de l’introduction à la Maladie à Virus Ebola et la Prevention et Contrôle des Infections dans les soins de santé de reproduction dans le contexte de l’épidémie à virus Ebola et la définition des cas spécifiques aux urgences obstétricales en période d’épidémie à virus Ebola, l’algorithme de prise de décision et la prise en charge des hémorragies du post-partum en contexte d’épidémie d’Ebola et Arbre décisionnel et scenario cliniques possibles (+ séances pratiques)

Le deuxième jour, le facilitateur a parlé de la prise en charge des hémorragies ante et péri partale en contexte d’épidémie d’Ebola : définition des cas, passant par l’algorithme de prise de décision et prise en charge des hémorragies ante et péri partale en contexte d’épidémie d’Ebola, l’arbre décisionnel et les scenarios cliniques possible, prise en charge des avortements spontanés en contexte d’épidémie d’Ebola et enfin l’arbre décisionnel et les scenarios cliniques possibles (+ séances pratiques).

Au troisième et dernier jour de cette formation, il a été question d’outiller les participants sur la prise en charge des cas de mort in utero en contexte d’épidémie d’Ebola : définition des cas, algorithme de décisions et conduite à tenir en cas de mort in utero, la prise en charge des clientes avec pertes vaginales aqueuses dans les formations sanitaires en contexte d’Ebola, algorithme de décisions et conduite à tenir en cas des pertes aqueuses chez une cliente gestante en contexte d’épidémie et Arbre décisionnel et les scenarios cliniques possibles (+ séances pratiques)

Satisfaits de la matière apprise, les participants n’ont pas mâché les mots. Selon eux, cette formation est arrivée à point nommé.

 « Il s’agit ici, d’une formation qui a eu sa raison d’être, puisqu’il s’agit d’une mise à niveau. Nous venons d’apprendre beaucoup de choses, qu’on ignorait. Par exemple, dans le cadre de la PCI, nous venons d’acquérir comme innovation que la maternité doit être une unité à part, doit avoir son isolement, sa pharmacie, son laboratoire. », souligne Kahindo Lwanzo Aimé, obstétricien dans la zone de santé de béni.

Madame Kavira Zawadi Narcisse, Médecin traitant à l’hôpital de référence de Katwa, nous laisse savoir les ajouts requis en suivant cette formation.

« Nous avons appris comment nous protéger dans les milieux hospitaliers spécifiquement, à la maternité. Comment se protéger par rapport à un cas suspect, un cas confirmé et comment le prendre en charge sans s’infecter et sans contaminer son environnement et lui-même. » 

Il convient de noter que lors de la 10ième épidémie, il avait été mis en évidence que cet aspect de la riposte était peu développé dans le milieu obstétrical pourtant particulièrement exposé.

ENGLISH »