SOFEPADI-Logo

Structurer et mettre en place des associations villageoises d’épargne et de crédit au sein des Associations Agricoles dans le but de pérenniser le projet « Tujenge Amani Leo. C’est l’objectif qu’a visé la formation des membres des groupes agricoles.

Cent membres des groupements agricoles ont pris part à cet atelier qui a eu lieu à Beni et Bunia. Ils sont venus de Beni, Mavivi, Mangina, Bunia et Katoto, cinq axes parmi les plus touchés par les conflits dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu.

Ainsi, grâce au cofinancement de l’union européenne en RDC et de la sofepadi, 25 associations villageoises d’épargne et de crédit ont été mises en place au Nord-Kivu et en ituri. Chaque AVEC est composée de 25 membres. Ces derniers ont été formés par la même occasion sur le bien-fondé d’une AVEC.

Pour rendre les activités attrayantes au sein des AVEC mises en place, les responsables des comités directeurs de chaque CEP ont été formés sur la gestion d’une AVEC. Le règlement d’ordre intérieur d’une AVEC a été élaboré, et adopté pour son application efficace par chaque groupe d’épargne. Et par la suite, les AVEC structurées au sein des associations agricoles ont bénéficié des Kit de démarrage des activités. Ces kits étaient composés des cahiers, stylos, de la caisse, ect.

« Je suis mère de 5 enfants et je pratique l’agriculture. Auparavant, je cultivais mais sans aucune stratégie, chose qui faisait à ce que je ne gagne pas. Mais aujourd’hui je remercie la SOFEPADI et l’union européenne pour cette formation et structuration des associations villageoises d’épargne et de crédit. J’ai l’espoir que grâce à l’accompagnement de l’agronome de la sofepadi, nos associations agricoles auront une bonne production ce qui nous permettra d’épargner, ainsi sortir de cette pauvreté qui gangrène notre communauté. En tant que femme, je trouve que ces activités augmenteront mon indépendance et le respect auprès des hommes, des voisins et des membres de la communauté. Voilà pourquoi je m’investis. », Déclare Madame Roseline Dimbe, une des bénéficiaires du projet à Katoto.

Il sied de signaler, que pour éviter toute transaction en dehors des réunions du groupe d’épargne, les espèces et les livrets sont enfermés dans une caisse sécurisée avec des cadenas. La pratique consiste à sécuriser la caisse à l’aide de trois cadenas, trois membres du groupe détenant chacun une des clés. Tous les membres ont un livret individuel où toutes leurs parts et prêts sont enregistrés à chaque réunion.

ENGLISH »