188 Avenue Colonel Ebeya, Commune de la GOMBE/ Kinshasa Tél. : +243 810337354, +243 81 198 22 66, +243971413671

30 cas des viols sur mineures recensés dans la zone de santé de Kamango.

Partagez

Le territoire de Béni est affecté par les conflits armés récurrents depuis plusieurs années. Il s’observe des atrocités permanentes perpétrées par des présumés éléments ADF dans la zone de santé de Kamango. Au courant du mois de novembre 2022, 30 cas des viols sur mineures ont été recensés dans cette zone.

Kamango est reconnu comme l’un des points les plus rouges du tristement célèbre triangle de la mort, de par les calamités qui y sont perpétrées affectant la protection des personnes civiles ; particulièrement les femmes, les filles et les garçons qui sont plus des victimes des violences sexuelles et basées sur le genre mais aussi des abus et exploitations sexuelles vu le nombre élevé des acteurs humanitaires dans cette zone pour répondre à la crise.

Depuis Juin 2022, la Solidarité Féminine pour la Paix et le Développement Intégral, intervient dans cette zone à travers le projet de renforcement de la prévention et de la prise en charge holistique des enfants survivants des violences sexuelles et basées sur le genre, d’abus et d’exploitation sexuelle dans le contexte humanitaire. Un projet financé par UNICEF.

« Tout est parti du constat de répercussions profondes qu’a le viol sur la santé mentale et physique des femmes et des filles à bien des niveaux. Les jeunes filles qui subissent le viol souffrent de blessures, (notamment des lésions génitales), de grossesse non désirée et de complications de la grossesse, d’infections sexuellement transmissibles (IST), comme le VIH, les douleurs pelviennes, les infections des voies urinaires, les fistules et les troubles ou conditions chroniques ainsi que des traumatismes. Nous sommes là pour prévenir toutes formes des violences faites à l’égard de la jeune fille mais aussi d’apporter une prise en charge holistique aux enfants survivants des VBG, EAS et HS », signale MonsieurASIFIWE LUNGUNGU JOSEPH, Gestionnaire de Cas VBG chez SOFEPADI basé à Kamango.

A lui d’ajouter, que plusieurs activités ont été menées dans ce sens au courant du mois de novembre et qui ont impacté positivement la communauté.

Les mécanismes communautaires de protection de l’enfant renforcés.

La SOFEPADI a renforcé des mécanismes de prévention, d’identification et référencement des cas de violences, d’abus et d’exploitation dans la zone de santé de Kamango. Au total 6 901 personnes ont été sensibilisées au courant du mois de novembre. Il s’agit de 716 enfants de moins de 5 ans, 3 277 jeunes filles et garçons et 2 618 Hommes et Femmes. Ils ont été sensibilisés sur les concepts clés en matière de VBG, le cadre juridique et le circuit de référencement. Ceci à travers 37 séances de sensibilisations de masses effectuées dans les aires de santé de KIKURA, de LAMIA, de KAHONDO et de HGR KAMANGO.

Ces activités de sensibilisations sont élargies par une diffusion d’un spot radio dans 4 radios qui couvrent la ville de Beni et territoire et une partie de la province de l’Ituri (Boga, Kasenyi, territoire d’Irumu). Il a été enregistré 122 diffusions au courant de ce mois.

Un mécanisme de gestion des plaintes a été installé dans la zone de santé de Kamango en chefferie de watalinga.

Paquet d’intervention de protection de l’enfant en urgence.

Vue l’extrême vulnérabilité de ces populations, le projet a mis en place un système de gratuité des soins pour les enfants survivants, les plus vulnérables dans le contexte crise humanitaire. L’objectif global est de contribuer à la réduction du taux de mortalité et de morbidité maternelle et néonatale dans les aires de santé appuyées par la SOFEPADI en zone de santé de Kamango.

Ainsi, 42 travailleurs sociaux et agents psychosociaux ont été formés sur la gestion de cas, le soutien psychosocial aux enfants survivants de violences basées sur genre. Il s’agit de 12 assistants psychosociaux, 18 RECOPE et 12 prestataires de soins.

Aussi, 12 Agents psychosociaux ont été formés sur la collecte sécurisée et de qualité des données VBG à travers les outils data mapping.12 prestataires des soins (infirmiers titulaires, Infirmiers titulaire adjoint et médecins) ont également été formés sur la gestion clinique de cas de viol, les premiers secours psychologiques.

La SOFEPADI a à travers ce projet réhabilité et équipé un espace sûr, qui est désormais opérationnel à Kamango. Ce dernier accueille plus d’une fille en situation de détresse psychologique et survivantes de VBG et EAS pour participer aux activités de groupes. Au total 87 personnes ont fréquenté l’espace sûr au courant de ce mois. 3 filles en situation de détresse ont participé aux activités créatives et récréatives pour leur prise en charge.

Ce projet vient d’appuyer 4 points d’écoute dans la zone de santé de Kamango. Actuellement ils sont opérationnels.

Il a été renseigné que 30 filles ont survécu à la violence basée sur le genre et ont reçu une assistance appropriée y compris le service de gestion de cas. Parmi ces cas, 13 survivantes de viol ont bénéficié des kits post viols dans le 72 heures, 1 cas a reçu du cash pour la protection étant éloigné du centre de la prise en charge, 3 nourrissons ont bénéficié de Kits nouveaux nés.

6 mécanismes de gestion des plaintes ont été mis en place. Au total, 4 642 personnes ont eu accès aux mécanismes sûrs de plaintes sur les cas d’abus et exploitation sexuels.

Ce projet est un véritable renforcement de la prévention et de la prise en charge holistique des enfants survivantes des violences sexuelles et basées sur le genre, d’abus et exploitation sexuels dans le contexte humanitaire dans cette zone, caractérisée de plus rouge.

Articles...

Communiqué de presse

Chers amis de la presse, Nous voici par le présent communiqué venir pour vous présenter le travail qu’à réaliser la Solidarité Féminine pour la Paix et le Développement Intégral au

Lire plus»