KINSHASA, AV LUKUSA 55, RDCONGO
+243811982266
contact@sofepadirdc.org

La campagne je me lève contre les Violences Basées sur le Genre, démarre ce vendredi

La campagne je me lève contre les Violences Basées sur le Genre, démarre ce vendredi

La campagne «Je me lève contre les Violences Basées sur le Genre» sera lancée à Kinshasa, ce vendredi 23 juillet 2021 sous le lead de la Sofepadi, en collaboration avec les organisations de la société civile que sont :
– AFEJUCO,
-ARJC,
-SOPROP,
– RAC,
– APROJA,
– FSDP et
– Dynamique Gender.
Ce sera grâce à l’appui financier et technique de l’OXFAM.

Cette campagne vise à sensibiliser et à mobiliser la communauté, à soutenir les actions de plaidoyer des organisations de la société civile pour l’accès à la justice et la réparation des dommages causés aux survivant(e)s des VBG et l’accès à l’information pour tous sur les violences sexuelles en République Démocratique du Congo, dans le contexte des crises et des post-crises.

Elle cherche aussi l’intégration des notions sur les VBG dans les curriculums d’enseignements au niveau maternel, primaire, secondaire et Universitaire, pour combattre ce « fléau » dans le gène communautaire et les esprits de la jeune génération, en vue de créer une société très sûre pour la femme, la fille congolaise ainsi que pour les hommes en général.
Ceci aux fins de contribuer à la réalisation des objectifs de la Campagne «TOLERANCE ZERO» lancée par le Chef de l’Etat de la République Démocratique du Congo et de la Campagne d’Oxfam sur les droits en situation des crins, « Rights In crisis ».

Il sied de signaler que cette campagne s’étend sur une période de trois mois sur toute l’étendue de la république démocratique du Congo, pour renforcer les actions de plaidoyer des OSC au niveau interne.
Il sera aussi question de les relayer au niveau régional et international, et Inciter/influencer le Gouvernement et/ou le Parlement à faire voter une loi qui garantit l’aide légale gratuite pour améliorer l’accès à la justice et à la réparation des dommages causé aux survivant-es des VBG.

ENGLISH »