188 Avenue Colonel Ebeya, Commune de la GOMBE/ Kinshasa Tél. : +243 810337354, +243 81 198 22 66, +243971413671

Lutte contre les VBG : 25 parajuristes en formation à Beni.

Partagez

25 parajuristes œuvrant en ville de Beni et territoire ont été renforcés en capacité sur les violences basées sur le genre, les exploitation, abus et harcèlements sexuels ainsi que sur le circuit de référencement.

L’objectif est de les outiller sur les techniques de premier secours juridique et psychologique dans l’accompagnement et le référencement des cas en vue d’une dissémination dans leurs localités respectives.

Un renforcement de capacités organisé à Beni le 24 septembre 2022 par la Solidarité Féminine pour la Paix et le Développement Intégral (SOFEPADI) avec l’appui financier de OAK Fondation.

Ces personnes formées, sont venues essentiellement de Beni ville, Oicha, Bulongo, Mabuku, Maboya, kabasha, Mavivi, Kantine, Mangina, mabalako et jouerons un grand rôle dans la communauté, en utilisant différentes approches positives.

« Ces parajuristes qui sont formés aujourd’hui, viennent de la communauté et ne sont pas professionnels du droit mais disposent des notions de base en la matière, connaissent les procédures judiciaires ainsi que les réalités socio-culturelle de notre entité. Leur rôle est de contribuer ainsi à rendre la justice accessible aux populations. Ils sont prêts à mener les activités des sensibilisations dans la communauté ainsi que le référencement de survivants dans les structures de prise en charge. », a renseigné Madame Elvis Kahongya, Gestionnaire de cas VBG à la SOFEPADI.

Les violences basées sur le genre est une réalité dans l’EST de la République Démocratique du Congo causant des évènements douloureux et traumatisants. Œuvrant pour la défense et les droits humains en général et des femmes et filles en particulier, la SOFEPADI s’engage à renforcer les capacités des acteurs locaux en vue de combattre le fléau causé par les violences basées sur le genre et ainsi réduire les souffrances de membres de la communauté qui demeurent dans l’ignorance des moyens d’accès à justice.