188 Avenue Colonel Ebeya, Commune de la GOMBE/ Kinshasa Tél. : +243 810337354, +243 81 198 22 66, +243971413671

Pour améliorer l’accès aux services de prise en charge holistique des survivant(es) de VBG, un projet est lancé.

L’administrateur assistant du territoire de Rutshuru, le colonel Blaise DIMUNDU a lancé officiellement, le 30 septembre 2022 le projet de prévention et réponses aux besoins vitaux des personnes survivantes et à risque des violences basées sur le genre dans la zone de santé de Rwanguba en territoire de Rutshuru au Nord-Kivu. Ce projet d’une durée d’une année, sera mis en oeuvre par la Solidarité Féminine pour la Paix et le Développement Intégral avec l’appui financier du Fonds Humanitaire RDC.

Il était question de présenter aux parties prenantes et bénéficiaires, le contexte et justification du projet, les objectifs du projet, le bailleur financier, le coût global du projet, les zones d’intervention, la cible, les activités, les mécanismes de redevabilité et de gestion de plaintes. Au total 30 participants ont pris part à cet évènement.

 « Ce projet arrive à point nommé dans notre territoire »,témoigne l’administrateur assistant du territoire de Rutshuru dans son discours lors du lancement officiel de ce projet. Tout en saluant cette intervention et en appelant à l’union des efforts, il a précisé :

« depuis le 28 mars 2022, des éléments M23 ont lancé une attaque contre des positions FARDC dans le groupement de jomba, en territoire de Rutshuru. Ces affrontements ont poussé une grande partie de la population civile au déplacement forcé vers différents groupements du territoire et vers la frontière avec l’Ouganda, en provenance de plusieurs localités. Voilà une occasion d’unir les efforts pour la protection des droits des femmes et filles dans cette situation de crise humanitaire. »

Dans sa présentation, Monsieur Rodrigue Ngasembere, chargé de programme de la SOFEPADI a renchéri les propos de l’administrateur du territoire. Il a souligné que ce projet vient en réponse aux conséquences liées à la crise humanitaire en territoire de Rutshuru. 

« Les violences armées qui se multiplient dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu sont à la base de plusieurs conséquences humanitaires. Ce qui explique notre intervention ici. »

A l’occasion, il a noté que ce projet répond aux deux objectifs sectoriels de cette allocation. D’une part, il vise à améliorer l’accès aux services de prise en charge holistique (médicale, psychologique, juridique et réinsertion socio-économique) des survivant(es) des violences basées sur le genre, selon leurs souhaits et besoins spécifiques dans les points de prestation de services spécialisés existants. Et d’autre part, à renforcer les capacités de résilience des populations à risque de VBG par l’amélioration des connaissances sur les concepts clés VBG et EAS ainsi que le renforcement des mécanismes communautaires et institutionnels de protection déjà opérationnels dans cette zone.

Au moins 67 670 personnes y compris les personnes en situation de handicap, dont 27 818 femmes, 17 569 filles, 12 555 hommes et 9728 garçons seront sensibilisés sur l’offre disponible de service disponible et aux activités de réduction de risques et de prévention des VBG/EAS. 12 centres de santé offriront des services de prise en charge de qualité et intégrée à au moins 1 054 survivantes des violences basées sur le genre (759 IDPs et 295 de la communauté hôte) dans les aires de santé de Kabindi, Karambi, Matebe, Ntamugenga, Nyarukwangara, Kazuba, Shinda, Kakondo, Mutabo, HGR-Rwanguba, Rubavu et Kabaya dans le groupement de jomba et bweza.

C’est pour combler les gaps en vue de renforcer et rendre accessibles les services de prise en charge de survivants de VBG et favoriser un environnement protecteur contre les VBG dans 12 aires de santé identifiées que ce projet a été lancé.

Partager:

Facebook
Twitter
WhatsApp
LinkedIn

Articles Similaires