Réinsertion scolaire des élèves finalistes et orphelins des Massacres dans la commune Rurale d’Oicha.

Equipe SOFEPADI et le Médecin chef de Zone à la Zone de santé de Kayna

Des mois après le début de la crise dans le territoire de Rutshuru et la partie sud du territoire de Lubero en province du Nord-Kivu, les besoins humanitaires continuent d’augmenter. À la suite de nouvelles vagues de déplacement et au manque de possibilité de retour, la population est extrêmement vulnérable et dispose d’un besoin urgent d’assistance.

La SOFEPADI a pu atteindre Kirumba pour réduire les risques de protection et atténuer les conséquences de la violence basée sur le genre contre les femmes et les filles comme conséquence de la crise. Ainsi, les équipes fourniront une assistance urgente à 12 269 aux personnes vulnérables dans le cadre du projet SIMAMA KUNA MATUMAINI, Réponse en protection à la crise dans les zones de santé de Birambizo, Kibirizi et Kayna en Province du Nord Kivu.

Ce projet mis en œuvre par le consortium AVCI et SOFEPADI et bénéficiant de l’appui financier du Fonds Humanitaire RDC porte sur les deux volets de protection identifiés par l’allocation. La solidarité féminine pour la paix et le développement intégral se charge de la prévention et la prise en charge du volet VBG dans les trois zones de santé.

Durant six mois dans le territoire de Lubero, SOFEPADI réalisera les activités suivantes :

  • Prise en charge psychosociale dans les points de prestation de services et dans les espaces sûrs par 36 assistants psychosociaux à 1350 femmes, hommes, filles et garçons y compris les personnes en situation de handicap affectées par les crises et les survivant(e)s de VBG ainsi que les membres de leurs communautés respectives.
  • Assistance en conseils légaux et accompagnement judiciaire de 100 survivantes de violences basées sur le genre.
  • Formation de 36 prestataires de soins de santé sur la gestion clinique de cas de viol et le soutien psychosocial.
  • Formation de 36 agents psychosociaux sur le soutien psychosocial et les outils de prise en charge psychosociale des victimes de VBG
  • Formation de 36 para juristes sur la vulgarisation des droits des femmes, l’orientation et le référencement de survivantes des violences basées sur le genre vers les services juridiques
  • Aménagement et le fonctionnement de 6 espaces sûrs communautaires pour les femmes et filles vulnérables et survivants de VBG pour leur bien-être et leur épanouissement. Il s’agit d’équiper en matériel matériels d’activités récréatives et d’ergothérapie qui seront identifiés par les femmes et les filles après une consultation avec elles et les parents ou tuteurs.
  • Appui à 50 survivantes, femmes et filles à risque de violences basées sur le genre en fonds de démarrage d’activités génératrices de revenu pour leur autonomisation socio-économique et la réinsertion scolaire
  • Aménagement et équipement de 6 points d’écoute pour la prise en charge et la gestion des cas des VBG au sein des FOSA
  • Prise en charge médicale de 400 survivants de VBG dans les 18 centres de santé ciblées y compris dans les 72h00 après l’incident par le personnel formé sur la gestion clinique de cas de viol.
  • Subvention de 18 structures sanitaires ciblées par le projet pour la prise en charge intégrée des survivantes de VBG et des personnes vulnérables (femmes, hommes et enfants) dans le besoin
  • Organisation des campagnes de sensibilisation sur les concepts clés VBG/EAS, les services VBG/EAS disponibles, la vulgarisation de la ligne verte et les messages clés sur les mesures barrières contre la COVID 19, à travers les activités communautaires.
  • Formation de 50 animatrices communautaires sur les concepts clés VBG, la masculinité positive, la gestion d’un espace sûr et les techniques de communication pour le changement de comportement, les premiers secours psychologiques et la gestion d’un espace sûr des femmes et des filles.
  • Formation en faveur de 180 membres de comités de gestion de centres collectifs, les infirmiers titulaires, les comités directeurs des PDIs et les membres de comité de protection sur la PSEA et les mécanismes de signalement et de redevabilité
  • Collecte de feedback communautaire à travers les réunions communautaires trimestrielles, les boîtes à suggestion et d’autres canaux de redevabilité adaptés aux communautés locales.
  • Appui à la coordination territoriale VBG de LUBERO en équipements informatiques et de communication en vue d’assurer la coordination des interventions VBG dans le territoire de LUBERO et la Coordination VBG Rutshuru et Lubero en frais de supervision
  • Appui à 6 commissariats de police judiciaire en matériels de sécurisation et conservation de dossiers judiciaires de survivantes de VBG
  • Tenus des audits de sécurité de femmes et filles PDIs au sein de centres collectifs, familles d’accueil dans les aires de santé ciblées
  • Diffusion de 1620 spots radios sur la prévention et les mesures de mitigation communautaire de violences basées sur le genre sur 03 radios communautaires
  • Dotation des 18 points de prestation de services spécialisés en tablettes et crédits internet pour faciliter l’encodage des données VBG à travers l’application VBG Collect du Ministère du Genre
  • Redynamisation et appui au fonctionnement de 18 organisations à base communautaire de protection impliquées dans les activités de réduction de la violence basée sur le genre
  • Distribution de 1350 kits de dignité aux survivantes, aux femmes et filles à risque de VBG dans les 18 aires de santé ciblées dans les points de prestation de services et au cours des activités de sensibilisation dans les sites et centres collectifs des PDI
  • Organisation d’un atelier sur la protection contre les EAS et faire signer le code de conduite à l’endroit du personnel de projet et des acteurs humanitaires, partenaires associés et membres de la communauté

L’insécurité et les faibles ressources allouées pour la mise à l’échelle de la réponse reste un défi majeur. La SOFEPADI invite tous les partenaires à se joindre à la réponse pour que les populations affectées ainsi que les familles d’accueil puissent retrouver l’accès aux services de base et les donateurs à fournir urgemment des fonds pour les programmes d’aide humanitaire.

Partager sur

Retourner aux articles

PARTAGER SUR

Retourner aux articles

Notre mission est de promouvoir et de défendre les droits des femmes et des filles afin de garantir que les mères et les enfants aient accès à leurs droits fondamentaux.

PASSEZ À L'ACTION

Devenir un partenaire

Soutenir une campagne

LES DERNIÈRES NOUVELLES

ACTUALITÉS

Récits

NEWSLETTER

Votre soutien fait la différence. Recevez des histoires d’impact dans votre boîte aux lettres électronique.

[dflip id="11812" ][/dflip]